ALGIERS (1938)

CASBAH (Algiers), film de John Cromwell.

Avec Hedy Lamarr, Sigrid Gurie, Alan Hale et Gene Lock­­hart. Remake de Pépé-le-Moko (1937), tourné par Julien Duvivier avec Jean Gabin.

1938 - Charles Boyer devait deux films à son ami Walter Wanger. Le premier de ces films, Algiers (Casbah) — le second ne fut jamais tourné — devait coller à la peau de l’acteur jusqu’au dernier jour de sa vie et en faire, à jamais, un Reluctant Lover, un amoureux malgré lui. Ceci à cause du rôle qu’il y joua. Mais surtout en raison d’une réplique qui, bien que ne figurant pas dans le film, lui fut attribuée par le public américain, forçant par jeu son accent.

« Come wiz mee to zee Casbahh ! » (Venez visiter avec moi la Casbah) aurait dit l’acteur à sa partenaire, Hedy Lamarr, acquérant ainsi une notoriété analogue à celle de Jean Gabin avec « Tu as de beaux yeux, tu sais ». Mais, dans son cas, pour un non-dit.

Algiers était le remake d’un film français récemment tourné avec Jean Gabin : Pépé-le-Moko. Aussi Charles Boyer hésita-t-il quelque temps, par simple pudeur, avant de don­ner son accord pour le rôle de gangster amoureux qui lui était réservé ; mais les contrats sont naturellement faits pour être respectés. Si Hedy Lamarr révéla, dans ce film, la faiblesse de ses talents d’actrice, Charles Boyer porta, lui, avec ai­sance, les travers et la personnalité de son personnage. D’où une nouvelle sélection pour les Academy Awards — qui récompensèrent encore Spencer Tracy.

Devenu, sans l’avoir véritablement cherché une Ban­­kable Star — littéralement une vedette à tiroir caisse — Charles Boyer se vit alors offrir des contrats mirifiques de la part des Majors et proposer toutes sortes de scénarios. Il préféra toutefois conserver son indépendance de Free-lance Actor ; et refusa tous les rôles proposés. Il ne fut donc ni Ferdinand de Lesseps dans Suez, ni le Comte Axel dans Marie-Antoinette

----------


© Guy Chassagnard 2018